Analyse du rapport « Pour une France libre d’entreprendre »

Olivier Cadic, sénateur UDI des Français établis hors de France, a réalisé le rapport « Pour une France libre d’entreprendre » au nom de la Délégation sénatoriale aux entreprises (DSAE) et en préparation du projet de loi PACTE. Dans celui-ci il a élaboré 38 propositions concrètes dans le but d’offrir le meilleur environnement possible aux entrepreneurs

Les 3 temps clés du cycle de vie de l’entreprise

Le rapport se concentre sur les trois temps clés du cycle de vie de l’entreprise :

    •  la création, qui met à l’épreuve la résilience de l’entrepreneur face à la complexité de notre système administratif, social et fiscal laquelle nourrit un « écosystème de la complexité » duquel les entreprises sont très dépendantes ;
    • la croissance, et les difficultés de l’entrepreneur pour trouver des fonds propres à même de financer son développement, y compris à l’export ;
    • le rebond, avec la nécessité de permettre à l’entrepreneur de fermer une entreprise aussi simplement et rapidement que possible, dès lors qu’elle est saine mais qu’il estime que son business model n’a pas d’avenir, et la perspective d’une évolution du droit français des entreprises en difficultés qui pratique aujourd’hui un certain « acharnement thérapeutique ».

    Lire la synthèse du rapport

Avis d’un entrepreneur :
 » Entrepreneur depuis 2000, je constate que malgré les efforts annoncés, entreprendre en France représente toujours une certaine complexité. Certes il est plus facile de créer aujourd’hui. Mais la création, le développement, la cession ou la clôture d’une entreprise sont toujours source de difficultés et de stress liés aux obligations légales, fiscales et sociales. Olivier Cadic apporte des éléments pertinents pour rendre plus simple l’entreprenariat en France. Qui n’a pas l’impression de se retrouver au bord du vide, face aux obligations de création ? Réunir les démarches de création sous un guichet unique rendrait les entrepreneurs tellement plus serein. Qui n’ose pas franchir le pas de peur de ce qui peut se passer personnellement et économiquement si son activité ne fonctionne plus ? Qui ne se sent pas désemparé devant la complexité de certaines déclarations pendant la vie de l’entreprise ? Olivier Cadic, propose 38 mesures, qui pour l’entrepreneur que je suis, me semblent pertinentes en permettant à chaque entrepreneur qui est en nous de se projeter, de se lancer, en étant plus serein, avec une meilleur visibilité et moins de craintes sur l’avenir. « 
Frédéric Lampin
Militant de la Fédération UDI Métropole de Lyon

Actions du gouvernement

C’est au salon Vivatech du jeudi 24 au samedi 26 mai à Paris, que Mounir Mahjoubi, Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargé du Numérique, a présenté son bilan d’une consultation publique des entrepreneurs du numérique. Son objectif est de « simplifier la vie des entrepreneurs » ! 
Grâce aux 1500 contributions et une centaine d’entretiens avec des startups, il a présenté 10 mesures phares qui constitueront l’action du gouvernement et particulièrement l’action de son cabinet. Les 100ènes de mesures définies sont articulées autour de 4 grandes thématiques :  simplification, financement, recrutement des talents et développement à l’international.
Pour en savoir plus, je vous invite à lire l’article de Maddyness 
et la page dédiée du gouvernement : Action startup
Ces actions sont trop centrés start-up, sachant qu’en France il y a plus de 3 millions d’entreprises, n’est-il pas important d’avoir une approche bien plus globale ?

Laisser un commentaire