Retour sur la réunion publique du 11 février 2016

Réunion publique JC LAGARDE Christophe Geourjon - Fédération UDI Métropole de Lyon 16Christophe Geourjon  président de la fédération UDI de la métropole de Lyon accueille Jean-Christophe Lagarde devant plus de 200 militants. Il le remercie d’avoir choisi Lyon pour débuter son nouveau tour de France en vue de notre congrès du 20 mars prochain à Versailles qui devra décider de la stratégie de notre mouvement pour les élections présidentielles et législatives de 2017.

Christophe Geourjon explique que cette soirée sera l’occasion d’évoquer le fond des dossiers car notre pays a des atouts mais également des faiblesses qu’il conviendra de corriger.

Notre président fédéral appelle à la mobilisation de tous pour faire vivre notre projet collectif et faire connaître sur le terrain les actions de l’UDI.

Cette réunion publique est également l’occasion de présenter pour la 1ère fois la nouvelle vidéo très réussie des jeunes de l’UDI du Rhône qui réaffirment les raisons de leurs engagements, que vous pouvez visionner sur ce lien.

Réunion publique JC LAGARDE - Fédération UDI Métropole de Lyon 10Jean-Christophe Lagarde débute son intervention en félicitant les nouveaux élus régionaux et en expliquant que les élections du 6 et 13 décembre dernier ont eu un double message. Au premier tour, les Français ont rejeté les propositions des deux partis dominants. Au second tour, ils ont exprimé massivement le  rejet d’un projet d’extrême droite antirépublicain. Il faut rappeler que 4 millions d’électeurs qui ne s’étaient pas déplacés au premier tour sont venus voter le 13 décembre.

Selon Jean-Christophe Lagarde, il faut s’interroger pourquoi huit alternances successives (droite puis gauche, la dernière fois que la France a été dirigée par le centre c’était Valéry Giscard d’Estaing en 1974-1981) en un peu plus de 30 ans n’ont pas permis à ce que la situation de la France s’améliore. Il rappelle notamment que le la situation de l’emploi s’est profondément dégradée et la dette publique a explosé durant cette période, car les Français ont fait le choix de financer leur niveau de vie à crédit. Le président de l’UDI regrette que les campagnes présidentielles soient  un moment de rêve où les candidats rivalisent de promesses intenables  ce qui entraîne naturellement une forte déception par la suite
L’UDI devra s’interroger pour savoir ce qu’elle peut apporter au débat des élections de 2017.

Le 20 mars les adhérents que nous sommes devront choisir entre plusieurs options présenter un candidat à l’élection présidentielle, ou participer à la primaire de la droite et du centre, soutenir un candidat à cette primaire, où se concentrer exclusivement sur les élections législatives.
Jean-Christophe Lagarde regrette que pour l’instant cette primaire ressemble plus à un casting qu’à un débat sur le projet. Le président de l’UDI ne souhaite pas pour le moment donner  son avis sur la solution à privilégier pour les élections de 2017, car il souhaite que le débat interne puisse se développer.

Pour Jean-Christophe Lagarde, la France souffre car son modèle social est à bout de souffle. Dépassé, il faut le reconstruire totalement et non pas tenter de bricoler le modèle existant. Le modèle actuel a été imaginé à une époque où il y avait peu d’échanges commerciaux avec les autres pays, aujourd’hui plus de 50% de notre économie est en lien avec les importations ou les exportations. Il conviendrait notamment d’arrêter de mettre toutes les charges sur le travail qui empêche la France d’être compétitive. Il convient aussi de stabiliser le cadre juridique pour les entreprises. L’UDI se prononce pour le contrat, la négociation par branche, plutôt que pour la loi. La loi doit permettre de donner un cadre à respecter. Il faut être conscient que notre économie évolue et qu’elle va avoir à faire face à d’importantes révolutions dans les années à venir.

Le président de l’UDI évoque ensuite le système éducatif français qui obtient des résultats relativement décevants vu les moyens mis en œuvre. Il se prononce pour la généralisation de l’apprentissage pour l’ensemble des métiers. Ces questions devront être au cœur du projet pour que l’on construise une alternance qui soit enfin utile et efficace pour le pays.

Jean-Christophe évoque enfin la crise agricole en expliquant qu’elle ne touche pas à l’ensemble de l’agriculture française, mais plutôt le secteur de l’élevage. Le président de l’UDI assigne trois objectifs à notre agriculture : premièrement garantir l’indépendance alimentaire de notre pays, deuxièmement garantir la sécurité alimentaire pour les citoyens et enfin que les agriculteurs soient garants de l’aménagement du territoire. Il est illusoire et démagogue de la part du gouvernement de faire croire qu’il peut imposer les prix agricoles. A l’inverse, il dispose d’autres leviers pour aider notre agriculture (charges, normes, …)

Jean-Christophe Lagarde rappelle enfin que l’UDI est fédéraliste européen. Mais parce que nous sommes le seul parti véritablement pro-européen, nous avons la responsabilité d’être lucide et dénoncer les dysfonctionnements. Si actuellement l’Europe ne fonctionne pas correctement, c’est parcequ’elle est dirigée par des personnes qui n’y croit pas vraiment, qui se contentent d’administrer l’Europe sans réel projet politique. Il se prononce pour un gouvernement économique notamment de la zone euro. Il dénonce les concessions que serait prête à accepter l’Europe par rapport aux demandes de la Grande-Bretagne.

Damien Thiebaut

One thought on “Retour sur la réunion publique du 11 février 2016

  • 17 février 2016 at 16 h 24 min
    Permalink

    Merci DAMIEN pour ton compte-rendu

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *